Alain Bolonjwa parle d’un rapprochement de Jean Pierre Bemba et Félix Tshilombo

Alain Bolonjwa parle d’un rapprochement de Jean Pierre Bemba et Félix Tshilombo

Lors de la marche du 13 juillet initiée pour exiger les réformes profondes de la ceni et contester la légitimité du pouvoir de Felix Tshilombo.

Quand nous on réfléchissait pour organiser la marche, Bemba n’était pas présent. Nous étions aux nombres de 6 (Michee Mangala, Myke Mukebayi,  Prince Epenge, madame Chantal, Steve kivuata et moi).

Nous avons pris l’initiative et après la réunion, nous avons envoyé le draft aux leaders de Lamuka. A notre grande surprise la marche a changé d’utilité; Elle est devenue la marche anti Malonda, la population n’a pas marché contre Malonda mais plutôt contre la légion des déceptions qui caractérise la megestion de la chose publique.

A notre grande surprise Bemba annonce que nous marchions contre Malonda…

Qu’a fait Malonda?

Malonda a permis certes l’effectivité de la forfaiture électorale, pour nous imposer le non élu, si c’est réel alors les bénéficiaires devrait démissionner aussi.

Pourquoi ils ont peur de Malonda ?

La déclaration de Bemba ne cadre pas avec l’idée de départ de l’objet de notre marche. Nous sommes contre le système électoral et voulons les réformes. Bref Bemba a désorienté le débat pour moi il est devenu proche du président Felix.

La plupart des crises que nous connaissons depuis 1998 à nos jours c’est la crise de légitimité .

La coalition fcc – cach nous présente déjà ses limites, Monsieur Kabila en tant que géniteur du système, réfléchi sur 2028 et Président Felix réfléchit sur le présent comment conserver son pouvoir en abandonnant la population dans la misère.

Ils embrouillent la population et préparent un glissement en 2023. La stratégie de la distraction s’execute en parfaite duo, retenons ceci, la classe politique congolaise actuelle travaille pour son intérêt, Moise katumbi a ses intérêts commerciaux, Bemba milite pour son retour dans le jeu politique,Monsieur Felix Tshilombo voudrait lui aussi protéger son portion de pouvoir.

Monsieur Kabila s’impose par sa majorité pour dicter et contourner le jeu. Dans cette geurre de conflit d’intérêts et positionnement politique qui met en mal l’existence de l’état nation et les aspirations de la population, la nouvelle classe politique de l’opposition ne trouve pas son compte.

Notre soucis est que Monsieur Joseph Kabila et Felix Tshilombo Tshisekedi soient mis de côté, car ils représentent la nouvelle épidémie qui tue plus que Ebola et la covid-19.

Fcc -cach ont fragilisé les institutions, aujourd’hui le gouvernement est incapable de mobiliser quatres milliards de dollars ,ils ont renforcé les inégalités sociales, le tribalisme, le clientélisme et le népotisme.

Dans une république sérieuse le Président Felix Tshisekedi devrait être interpellé par la justice en violant intentionnellement la constitution dans son article 91 qui stipule que 《le programme de gouvernemence s’élabore au conseil des ministres et c’est le premier ministre qui en est le coordonnateur 》 mais le chef de L’état nous enlève les prérogatives gouvernementales pour nous amener à un deal, de prendre environs 488 millions de dollars et donner à Vital Kamhere et ses amis dans le programme de 100 jours.

Où est passé le projet de construction de barrage à base de gaz avec un budget de 196millions et décaissement de fond disponible ou en Sommes nous?

Nous disons qu’il est temps de recourir à l’article 64, l’état est devenu défaillant il est temps de refonder l’état sur de nouvelles bases pas question de dialogue.

La population doit se prendre en charge nous ne devons plus être otage de fcc et cach le changement c’est maintenant.

Propos recueillis par Gilbert Fundi

juliomutoto

Un commentaire sur “Alain Bolonjwa parle d’un rapprochement de Jean Pierre Bemba et Félix Tshilombo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *