Rdc société : histoire du royaume lunda 1665-1887|Éditorial7.net

Rdc société : histoire du royaume lunda 1665-1887|Éditorial7.net

Le Royaume de Lunda (vers 1665-1887), également connu sous le nom d’Empire de Lunda, était une confédération africaine précoloniale d’États dans l’actuelle République démocratique du Kongo, au nord-est de l’Angola et au nord-ouest de la Zambie. Son état central était au Katanga. Le souverain suprême, le Mwaant Yaav, est toujours reconnu comme le chef d’un «État traditionnel» en République démocratique du Kongo. Les Lunda sont un peuple de langue bantoue. Le chef actuel peut retracer sa lignée jusqu’au XVIe siècle. Pendant la traite des esclaves, l’empire Lunda a fourni un grand nombre de captifs aux Portugais.

La participation et le profit de l’empire à la traite immorale des esclaves peuvent brouiller l’évaluation de son héritage. Pourtant, pendant plusieurs siècles, la vie était stable et bien réglée pour les sujets des Mwaant Yaav. Les chefs locaux jouissaient d’une autonomie considérable, la religion honorait ceux qui s’occupaient des pauvres et aussi odieuse que fût la traite des esclaves, l’ensemble de la société lundaise ne devait pas être jugée sur son rôle dans cette entreprise. Le pouvoir a été transféré et le système de gouvernance a créé un fort sentiment d’unité. L’Empire Lunda rappelle aux non-Africains que des régimes politiques et économiques bien organisés existaient en Afrique avant la colonisation, et que ceux-ci devraient être étudiés parallèlement aux régimes politiques qui existaient à la fois dans l’espace européen et dans d’autres régions du monde. L’opinion centrée sur l’Europe selon laquelle presque toute la vie en Afrique était anarchique et organisationnellement peu sophistiquée avant l’arrivée de l’homme blanc ne peut être soutenue.

les Lunda étaient à l’origine des nomades qui continuaient à bouger, adoptant souvent des enfants capturés comme esclaves plutôt que procréants. Il décrit la Lunda de cette phase nomade comme “buvant du vin de palme et souvent cannibale. Plus tard, ils se sont installés et ont adopté une” attitude conventionnelle envers la procréation et les familles. ” village simple appelé «gaand» en langue KiLunda. Il était dirigé par un roi appelé Mwaanta Gaand ou Mwaantaangaand. L’un de ces dirigeants, Ilunga Tshibinda, venait du royaume de Luba où son frère régnait et épousait une princesse d’une région au sud. Leur fils est devenu le premier souverain suprême de la Lunda créant le titre de Mwanta Yaav, qui porte son nom.

Expansion

Selon Appiah et Gates, les Lunda étaient trop peu nombreux pour survivre grâce à l’agriculture, ils ont donc attaqué les villages voisins pour mettre des captifs au travail dans leurs champs. Plus tard, ils ont «colonisé des villages éloignés et les ont forcés à payer des hommages de récolte au roi Lunda». Leur rôle dans la traite des esclaves a conduit plus tard à leur expansion dans toute la vallée de Luapula.

dignitaires. Les chefs locaux jouissent d’une autonomie considérable, à condition de rendre hommage aux Mwaat Yaav. Les chefs conquis ont été maintenus en place, et ont reçu le titre de Mwaant (propriétaire de la terre). Le pouvoir peut à l’origine avoir été transmis par une lignée masculine. Cependant, peut-être en raison du contact avec un nombre de plus en plus grand de systèmes matrilinéaires, la succession est devenue matrilinéaire. L’Empire “gouvernait probablement un million de sujets ou plus. Appiah et Gates décrivent leur système administratif comme” cohésif “et” complexe “. Un petit corps de police” appliqua les ordres du roi autour de la capitale “et des chefs itinérants, ou kawatta, agissaient comme les rois des envoyés auprès des chefs locaux, recueillant l’hommage. Les chefs les plus éloignés étaient visités chaque année. Ces fonctionnaires contrôlaient les caravanes, escortaient les «voyageurs étrangers et prévenaient les chefs dont l’hommage était tardif ou insuffisant». Une ingérence minimale du gouvernement central dans les affaires des provinces a contribué à maintenir la paix dans un système où le «contrôle central» aurait été «vu comme une exploitation». Un représentant important de l’État était une femme, la Lukonkeshia, «mère de la nation» dont le travail consistait à «divertir les visiteurs de l’État». Birmingham dit que le système administratif a été «stabilisé par de nombreux freins et contrepoids».

Religion :

Les chefs peuvent avoir combiné un rôle politique et un rôle spirituel. Le Dieu créateur était Nzambi (associé au ciel), la divinité suprême bantoue, bien que la supplication lui ait été faite en invoquant l’aide d’esprits ancestraux. La divination était des pratiques pour déterminer quels ancêtres devaient être apaisés. Nzambi aurait une préoccupation particulière pour le bien-être des pauvres. Il était le «protecteur des pauvres».

Économie :

L’économie de l’Empire était mixte, y compris l’agriculture et le commerce ainsi que la chasse et la pêche. Les femmes ont entrepris des travaux agricoles, cultivant des cultures telles que le maïs, les ignames, le sorgho, les courges, les haricots, les patates douces, les palmiers à huile et le tabac. Les marchandises commerciales comprenaient des esclaves et de l’ivoire, du cuivre et du sel. Les partenaires commerciaux comprenaient des Arabes et, à partir du XVe siècle, les Portugais. Ils ont reçu en retour des armes et des textiles.

Selon Clark, l’empire a prospéré grâce à la traite des esclaves, mais “il est peu probable que le commerce extérieur atteigne jamais 3000 esclaves par an, dont la plupart étaient des captifs étrangers.”  Les esclaves ont été capturés dans le nord et l’est et vendus à l’ouest et au sud-ouest. Selon Appiah et Gates, l’Empire Lunda était l’un des plus grands fournisseurs d’esclaves;

“En 1850, une traite négrière estimait qu’un tiers de tous les esclaves échangés au siècle précédent avaient été vendus par le royaume de Lunda.” Ils “ont protesté contre la fin de la traite des esclaves portugaise au motif qu’ils devraient recourir à l’assassinat des criminels s’ils ne pouvaient plus les vendre.” Le commerce extérieur était sous le contrôle direct du roi, qui renforçait sa position en distribuant des produits exotiques à ses plus fidèles fonctionnaires.

Culture et Art :

Lea sK Lunda étaient habiles à fabriquer des bracelets et des ornements avec de fins fils de cuivre, utilisés à la fois pour la décoration et comme monnaie. Il est cependant difficile d’identifier une tradition artistique lunda spécifique “en raison de la longue histoire d’interaction culturelle et économique avec leurs voisins”. 

Le Festival de Mutomboko

C’était une danse de guerre exécutée chaque fois qu’un nouveau village était conquis. Il comprenait des tambours, de la danse, des discours et le paiement de l’hommage au roi. Toujours joué chaque année par la Lunda de Zambie, le festival attire l’un des plus grands publics de Zambie.

Sommet :

Le royaume de Lunda contrôlait quelque 150 000 kilomètres carrés en 1680. L’état a doublé de taille pour atteindre environ 300 000 kilomètres carrés à son apogée au XIXe siècle. Les Mwata Yamvos de Lunda sont devenus militairement puissants à partir de leur base de 175 000 habitants. Par le mariage avec les descendants des rois Luba, ils ont gagné des liens politiques. Le peuple Lunda a pu s’installer et coloniser d’autres régions et tribus, étendant ainsi son empire à travers le sud-ouest du Katanga en Angola et au nord-ouest de la Zambie, et vers l’est à travers le Katanga dans ce qui est maintenant la province de Luapula en Zambie.

La force et la prospérité du royaume ont permis à ses classes militaires et dirigeantes de conquérir d’autres tribus, en particulier à l’Est. Au XVIIIe siècle, un certain nombre de migrations ont eu lieu jusqu’à la région au sud du lac Tanganyika. Le peuple Bemba du nord de la Zambie descendait de migrants Luba arrivés en Zambie tout au long du XVIIe siècle. Au même moment, un chef et guerrier Lunda appelé Mwata Kazembe a établi un royaume Lunda oriental dans la vallée de la rivière Luapula

Effondrement :

Le royaume de Lunda a pris fin au XIXe siècle lorsqu’il a été envahi par les Chokwe qui étaient armés de fusils. Les Chokwe ont alors établi leur propre royaume avec leur langue et leurs coutumes. Les chefs et les gens de Lunda ont continué à vivre dans le centre de Lunda mais ont perdu leur pouvoir. En République démocratique, les Lunda sont reconnus comme un «État traditionnel».

Au début de l’ère coloniale (1884), le cœur de Lunda était divisé entre l’Angola portugais, le roi Léopold II de l’État indépendant du Kongo en Belgique et les Britanniques en Rhodésie du Nord-Ouest, qui devinrent respectivement l’Angola, la République démocratique du ongo et la Zambie. Les dirigeants de Lunda, cependant, ont résisté au régime belge jusqu’en 1909, date à laquelle ils ont finalement été vaincus. Les Belges ont laissé une grande partie de l’Empire Lunden place, cependant, choisissant d’utiliser «des structures étatiques préexistantes pour faciliter la domination coloniale», ainsi les Lundu «sont restés assez cohésifs tout au long de la période coloniale». En Zambie, une autre lignée de chefs Lundu continue d’être reconnue dans la province de Luapula. Le Mwata Kazembe a un palais à Mwansabombwe. Mwata Kazembe XVIII a été nommé commissaire de district en 1985 et a été promu secrétaire politique provincial en 1990.

Dirigeants

Mwaantaangaand du royaume de Lunda

Nkonda Matit (gouverné à la fin du siècle)

Cibind Yirung (gouverné vers 1600 – vers 1630)

Yaav I a Yirung (gouverné vers 1630 – vers 1660)

Yaav II a Nawej (dirigé vers 1660 – vers 1690)

Mwaant Yaav de l’empire de Lunda

Couleur I Yaav (gouverné vers 1690 – vers 1720)

Mukaz Munying Kabalond (gouverné vers 1720)

Muteba I Kat Kateng (dirigé vers 1720 – vers 1750)

Mme Waranankong (dirigée vers 1750 – vers 1767)

Nawej Mufa Muchimbunj (dirigé vers 1767 – vers 1775)

Coupe Yaava (dirigée vers 1775 – vers 1800)

Nawej II Ditend (régné vers 1800-1852)

Mulaj a Namwan (gouverné 1852-1857)

Cakasekene Naweej (gouverné en 1857)

Muteba II a Cikombe (a gouverné 1857-1873)

Couleur II de Kamong Isot (gouverné 1873-1874)

Mbumb I Muteba Kat (gouverné en 1874-1883)

Cimbindu a Kasang (gouverné en 1883-1884)

Kangapu Nawej (dirigé entre 1884 et 1885)

Mudib (gouverné 1885-1886)

Mutand Mukaz (dirigé entre 1886 et 1887)

Couleur III de Kalong]] (gouverné en 1887)

Mwaant Yaav sous l’État indépendant du Congo

Témoin I a Nambing (statué de 1887 à 1907)

Muteba III a Kasang (gouverné 1907-1908)

Mwaant Yaav sous le Kongo belge

Muteba III et Kasang cont. (gouverné 1908-1920)

Kaumba (dirigé 1920-1951)

Yaav a Nawej III (dirigé de 1951 à 1960)

Mwaant Yaav sous le Katanga

Yaav a Nawej III cont. (gouverné 1960-1962)

Mwaant Yaav sous la République démocratique du Kongo

Yaav a Nawej III cont. (statué de 1962 à 1963)

Témoin II Kawel a Kamin (statué de 1963 à 1964)

Témoin II Kawel a Kamin (statué de 1964 à 1965)

Témoin Muteb II suite. (a statué 1965-1971)

Mwaant Yaav sous le Zaïre

Témoin Muteb II suite. (statué de 1971 à 1973)

Mbumb II Muteb (dirigé de 1973 à 1997)

Mwaant Yaav sous la République démocratique du Kongo

Mbumb II Muteb cont. (statué en 1997-actuel)

Héritage

L’héritage de l’Empire Lunda rappelle aux non-Africains que des politiques politiques et économiques bien organisées existaient en Afrique avant la colonisation, et que celles-ci devraient être étudiées parallèlement aux politiques qui existaient à la fois dans l’espace européen et dans d’autres régions du monde. . D’une part, l’Empire Lunda a profité de l’esclavage, un commerce immoral. D’un autre côté, jusqu’à ce qu’il y ait un marché pour que ces esclaves soient vendus et expédiés à travers l’océan Atlantique vers les Amériques, les personnes capturées au combat étaient utilisées comme main-d’œuvre ou même adoptées comme enfants. Comme d’autres personnes, les Lunda ont participé à la traite des esclaves parce qu’elle offrait une source de revenus lucrative; cela pouvait être risqué mais “les bénéfices… constituaient des avantages très tangibles”.

Pourtant, pour ceux qui vivaient dans l’Empire, la vie était stable et bien réglementée pendant des siècles. Les chefs locaux jouissaient d’une autonomie considérable et la religion honorait ceux qui s’occupaient des pauvres, de sorte qu’il y avait un parti pris contre l’exploitation des défavorisés. Aussi odieuse que fût la traite des esclaves, l’ensemble de la société lundaise ne devrait pas être jugée sur son rôle dans cette entreprise. Le pouvoir a été transféré et le système de gouvernance a créé un fort sentiment d’unité. 

Edito.

juliomutoto

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *