SÉCURITÉ | MAJOR STEVE ALLIANCE BISONGO N’SENGA HÉROS OUBLIÉS DE NOTRE HISTOIRE

SÉCURITÉ | MAJOR STEVE ALLIANCE BISONGO N’SENGA HÉROS OUBLIÉS DE NOTRE HISTOIRE

MAJOR STEVE ALLIANCE BISONGO N’SENGA,  HÉROS OUBLIÉS DE NOTRE HISTOIRE


Qui est il ?

Lisez 

Il est fils d’un enseignant du nom de Jean-Paul BISONGO et de Alphonsine NKULU. Il est né le 09/03/1975 à Kalemie, dans l’actuel province du Tanganyika. Il est le quatrième d’une famille de onze. Il avait reçu de ses parents une éducation très stricte, entre le moralement correcte et la foi chrétienne.


Il fait toutes ses études primaires et secondaires à Kalemie. D’une intelligence très pointu, l’interessé est épris des mathématiques, de la physique et des langues au point que personne ne pouvait soupçonner ses penchant pour le métier des armes.




Ayant fini ses études secondaires et ne pouvant pas aller s’inscrire à l’université faute de moyens, Steve BISONGO décide de travailler comme enseignant dans une école secondaire de la place, où il a des charges importantes, vu ses capacités. 


Le jeune Steve BISONGO lit beaucoup : romans d’espionnage, mémoires de grands stratèges militaires et de révolutionnaires, la bible (dont il devient un fervent défenseur).


Steve BISONGO pratique les arts martiaux. Il a un physique très sportif ; il est fort et en bonne santé mentale. Discipliné personnellement, il ne boit pas d’alcool et ne fume pas.




En 1996, le Zaïre actuel RDC connaît une crise politique et sociale sans précédent. L’Est du pays plonge dans un cycle de violence sans précédent, dans un contexte post génocide rwandais. Une insurrection armée opposée au régime de Kinshasa prend corps et entame sa conquête du Zaïre. M’zee Laurent Désiré KABILA en incarne le leadership.


Alors que le mouvement insurrectionnel, dit des Banyamulenge, se transforme  finalement en AFDL, L’Est du Zaïre est très chaud, c’est la guerre qui se déclare quasiment… Les troupes de Laurent Désiré KABILA avancent vers le Sud et vers le Nord. C’est la débandade dans les rangs des FAZ qui abandonnent du terrain, en dévastant tout sur leur passage. 


Steve BISONGO suit de très près ce qui se passe,  mais personne dans sa famille ne soupçonne ses intentions… Accroché au poste radio de son père, Steve BISONGO est à l’affût de la moindre information qui lui décrivait ce qui se passait sur la ligne du front…


En janvier 1997, les troupes de l’AFDL menacent dangereusement la région de Kalemie dont la ville est devenue le point de chute de tous les déplacés fouillant les combats, en provenance du Kivu. Un bon matin, c’était en janvier, Steve BISONGO approche un de ses frères et lui tend un livre d’un volume considérable. Il est intitulé “Ceci est l’histoire d’un échec”, extrait du Journal du grand révolutionnaire Ernesto Che Guevara… Steve BISONGO demande à son frère de lire le livre et il lui révèle ses intentions de rejoindre les troupes de Laurent Désiré KABILA, pour, cette fois-ci, en finir une fois pour toute avec le régime de MOBUTU.


Toujours discrètement, Steve BISONGO commence une nouvelle vie,  celle de l’ombre. Il prend contact avec les infiltrés de l’AFDL et se prépare à la prise de Kalemie…


Le 03 février 1997, les troupes de l’AFDL s’emparent de Kalemie et lancent un ultimatum à MOBUTU.


Aussitôt Kalemie conquise, Laurent Désiré KABILA atterrit et mobilisent les jeunes pour qu’ils s’engagent et participent à la Longue Marche. Steve BISONGO est recruté officiellement et va rejoindre un camp d’entraînement militaire ouvert quelques jours plus tôt, à une dizaine de Km de la ville, sous la supervision des instructeurs rwandais et ougandais…  Deux mois plus tard, Steve BISONGO rejoint effectivement les rangs et participe à la Longue Marche. Il est, désormais, “KADOGO”


Pendant la Longue Marche, Steve BISONGO se fait remarquer très rapidement par les officiers rwandais. Il est brillant, courageux et discipliné… À la prise de Kinshasa, en mai 1997, il est présenté officiellement à Laurent Désiré KABILA qui lui confie des tâches administratives importantes au sein de la PPU (Unité de Protection Présidentielle). Steve travaille alors en étroite collaboration avec les seuls officiers étrangers qui pilotent cette jeune unité militaire (la PPU).




Après la libération du Zaïre, il a à peine 23 ans et M’zee lui confie des responsabilités énormes. Il travaille beaucoup et dort très peu… Entre août 1997 et octobre 1998, Steve BISONGO est admis à l’école logistique de Forces Armées. Il obtient son diplôme avec la mention  “Grande distinction”.


En 1998, Laurent Désiré KABILA prend une décision courageuse qui va changer le cours des événements. Il met fin à son alliance avec les dirigeants ougandais et rwandais et congédie leurs contingents militaires basés chez nous. En août de la même année, le pays fait face à une agression armée qui menace dangereusement la capitale Kinshasa. Steve BISONGO participe aux opérations militaires dans la capitale et autour. Les FAC, appuyées par l’Angola, le Zimbabwe et la Namibie, parviennent à maîtriser la situation et Kinshasa est hors de danger.

Après le départ des troupes rwandaises et ougandaises, la PPU est transformée en GSSP (Groupe Spéciale de Sécurité Présidentielle). Steve BISONGO en devient le principal Responsable logistique. À partir de ce moment, il prend part à la planification de toutes les grandes opérations militaires dans lesquelles son unité est engagée (Mouvements des troupes, soldes des militaires, dispatching des équipements et munitions de combat, gestion de certains coopérants étrangers, renseignements…)

Toujours en début d’année 1999, Laurent Désiré KABILA décide d’envoyer Steve BISONGO en Chine pour des études militaires de haut niveau, six mois plus tard, Steve BISONGO rentre de la Chine. Dans l’entre-temps, la RDC signe un accord de coopération militaire avec la Corée du Nord. Celle-ci envoie ses géneraux et autres instructeurs militaires en RDC pour y former une unité d’infanterie spéciale.


Le camp d’entraînement militaire de MURA, dans le Katanga, est ouvert. Les réservistes du Service National sont mobilisés pour rejoindre ce camp ; des recrutements se font dans les alentours et le contingent congolais envoyé au Soudan pour une autre formation est de retour. Tout ce monde rejoint le camp de MURA.


Steve BISONGO est dépêché à MURA par Laurent Désiré KABILA pour un autre cycle de formation.


Plusieurs mois passés au centre d’instruction de MURA, Steve BISONGO en ressort avec le grade de Major et est nommé Commandant de la 10ème Brigade d’infanterie spéciale, les Simba de MURA.


Cette unité, forte de presque cinq mille homme, reçoit l’ordre du Haut commandement militaire de faire le paquetage et gagner Kinshasa.


Nous sommes en 2000, le front de l’Equateur est trop chaud. Les rebelles du MLC, appuyés par l’armée ougandaise, menacent dangereusement le point de jonction du fleuve Congo avec la rivière Ubangi. La résistance de l’Armée congolaise est certes forte, mais les troupes essuient des pertes de plus en plus lourdes. Certaines unités se disloquent et les éléments se volatilisent dans la nature. C’est très difficile pour nos États-majors.


M’zee Laurent Désiré KABILA prend alors la décision d’envoyer sur ce front la 10ème Brigade commandée par le Major Steve BISONGO.


Les unités de la 10ème Brigade entament la remontée du fleuve Congo à partir de Kinshasa jusqu’au confluent des deux cours d’eau. À partir de là, Steve BISONGO déchaîne les enfers sur l’ennemi qu’il chasse systématiquement, sur un terrain très difficile, très hostile… Steve BISONGO et ses hommes se battent avec une détermination inouïe contre l’ennemi qu’ils défont et dont ils éloignent la menace jusqu’à la frontière entre la RDC et la République Centrafricaine.


Steve BISONGO est alors élevé au rang de Commandant des opérations sur l’axe Ubangi-Ngiri.


Steve BISONGO gère son unité et les opérations avec professionnalisme et abnégation. Il redonne confiance au Gouvernement  pour qui le front était déjà voué à la perte… La 10ème Brigade remporte des victoires qui impressionnent les États-majors alliés et le Haut commandement de la RDC…

En août 2000, en plein opération, des fuites compromettent les opérations menées par Steve BISONGO qui était sur le point de s’emparer de l’aérodrome de Libenge.


Alors qu’il remonte la rivière Ubangi, à bord de son bateau qui lui sert de poste de commandement, Steve BISONGO est exposé à l’ennemi déployé sur les berges qui coule son bateau à coup de mortiers. Mais avant de mourir,  Steve BISONGO livre son ultime combat face à l’ennemi à qui il n’a pas permis de s’emparer de son bateau stratégique qui perit sous les flammes.


À Kinshasa, c’est la tristesse et le désarroi. Le drapeau est en berne. Steve BISONGO s’est éteint après avoir éloigné la menace ennemie qui pesait sur la capitale et la province de Bandundu. 


Comme plusieurs autres héros méconnus de nôtre histoire, le brave Steve BISONGO est dans l’oublie malgré les bons et loyaux services rendus à la Nation. Notre pays se doit d’apprendre à valoriser ses valeureux citoyens, qu’ils soient en vie ou morts. La République doit construire une mémoire qui nous permet de ne pas oublier ceux qui ont donné leur vie pour cette belle nation. À travers cette publication, je tenais à honorer un jeune dont le parcours et prouesses m’ont extrêmement impressionné, un brave militaire qui s’est battu jusqu’au sacrifice suprême laissant derrière lui une femme, deux magnifiques enfants, une famille meurtrie par cette tragique disparition.

Brave homme, merci pour ton sacrifice pour la République. 

Editorial. 

Julio Mutoto

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *