Le Président Félix TSHISEKEDI et le Conseil Supérieur de la magistrature appelés à protéger les juges

Le Président Félix TSHISEKEDI et le Conseil Supérieur de la magistrature appelés à protéger les juges

L’Association Africaine de défense des Droits de l’Homme, ASADHO en sigle, dénonce les actes de persécution et les menaces de mort dont le juge NDONDA WALONGELA du Tribunal de Grande Instance de KALAMU, à Kinshasa est victime de la part du juge KIBONGE KINENE et des militants politiques hostiles à l’acquittement de l’Evêque Pascal MUKUNNA.

Selon cette association de défense des Droits de l’homme,des sources proches du juge NDONDA WALONGELA rapportent que ce dernier est victime de plusieurs actes arbitraires de la part du juge KIBONGE KINENE, Président du Tribunal de Grande Instance de KALAMU.

Le juge fait partie de la composition dans l’affaire opposant le Ministère Public et Mamie TSHIBOLA à l’Evêque Pascal MUKUNA inscrite sous RP 1551.

“En date du 23 juin 2020, au soir, après le délibéré, le juge NDONDA WALONGELA a reçu plusieurs appels téléphoniques anonymes lui faisant pression de s’expliquer en rapport avec son opinion émise dans l’affaire de l’Evêque Pascal MUKUNA” signale l’Asadho

Et d’ajouter que la nuit de la même date, le juge a été visité par des hommes armés entre minuit et une heure du matin. Il a eu la vie sauve grâce au fait que ces criminels sont allés brutaliser les occupants de la maison voisine à la recherche du juge.

“En date du 26 juin 2020, une action disciplinaire est ouverte contre lui au motif qu’il aurait refusé de prononcer un jugement avant dire droit ordonnant la réouverture des débats dans la cause inscrite sous RP 15511” a-t-elle renchérit.

A la même date,sans attendre l’instruction de l’action disciplinaire ouverte par lui, le juge KIBONGE KINENE a, par la Décision n°063/D.02/2020 portant mesure d’interdiction d’un magistrat, interdit le juge NDONDA WALONGELA d’exercer ses fonctions pour une durée de trois mois.

L’asadho renseigne que le soir du 10 et 28 juillet 2020, le juge a été l’objet d’embuscade et de filature entre la commune de KINTAMBO et celle de NGALIEMA par des personnes inconnues.

Depuis lors, le juge NDONDA WALONGELA vit en clandestinité et a fait déménager sa famille de sa maison pour un autre endroit.

L’ASADHO condamne la sanction arbitraire prise contre le juge NDONDA WALONGELA et les menaces de mort qui pèse sur lui. Elle estime que sans juges indépendants et incorruptibles, l’Etat de droit ne peut pas s’installer en RD Congo.

Aux grands maux, les grands remèdes,l’asadho recommande aux Président de la République d’ordonner la prise des mesures urgentes pour que le juge NDONDA WALONGELA et sa famille soient protégés contre les criminels qui veulent attenter à sa vie pour une opinion qu’il a émise dans un dossier judiciaire.

Quant au Conseil Supérieur de la Magistrature,l’Asadho demande d’ouvrir un dossier disciplinaire contre le juge KIBONGE KINENE pour abus de pouvoir dont il a fait montre en sanctionnant un juge pour avoir émis une opinion contraire à la sienne dans un dossier judiciaire.

Le Procureur Général près la Cour de Cassation quant à lui est appelé à ouvrir un dossier des poursuites contre les auteurs des menaces de mort qui pèsent sur le juge NDONDA et sa famille ;

Le président actuel du Tribunal de Grande Instance de KALUMU est appelé à lever la mesure d’interdiction arbitraire prise contre le juge NDONDA WALONGELA.

Patrick Makobo

juliomutoto

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *