Rapport maping : AFDL et RCD au band des accusés

Rapport maping : AFDL et RCD au band des accusés

Crime international humanitaire commises sur le territoire de la RDC entre mars
1993 et juin 2003

  1. La période couverte par le présent rapport, de mars 1993 à juin 2003, constitue
    probablement l’un des chapitres les plus tragiques de l’histoire récente de la RDC. Ces
    dix années ont, en effet, été marquées par une série de crises politiques majeures, de
    guerres et de nombreux conflits ethniques et régionaux qui ont provoqué la mort de
    centaines de milliers, voire de millions, de personnes. Rares ont été les civils, congolais et
    étrangers, vivant sur le territoire de la RDC qui ont pu échapper à ces violences, qu’ils
    aient été victimes de meurtres, d’atteintes à leur intégrité physique, de viols, de
    déplacements forcés, de pillages, de destructions de biens ou de violations de leurs droits
    économiques et sociaux. Le but ultime de cet inventaire, mis à part sa contribution
    historique à la documentation de ces graves violations et à l’établissement des faits
    survenus durant cette période, consiste à fournir aux autorités congolaises des éléments
    pour les aider à décider de la meilleure approche à adopter pour rendre justice aux
    nombreuses victimes et combattre l’impunité qui sévit à cet égard.
  2. Le rapport du Projet Mapping est présenté de façon chronologique, reflétant
    quatre grandes périodes de l’histoire récente de la RDC, chacune précédée d’une
    introduction expliquant le contexte politico-historique dans lequel les violations ont été
    commises. Chaque période est divisée par province et parfois subdivisée par groupe de
    victimes et présente la description des violations commises, les groupes prétendument
    impliqués et le nombre approximatif de victimes.
    A. Mars 1993–juin 1996: échec du processus de démocratisation et crise régionale
  3. La première période couvre les violations commises au cours des dernières années
    de pouvoir du Président Mobutu et est marquée par l’échec du processus de
    démocratisation et les conséquences dévastatrices du génocide survenu au Rwanda sur
    l’État zaïrois en déliquescence, en particulier dans les provinces du Nord-Kivu et du SudKivu. Au cours de cette période, 40 incidents ont été répertoriés. Les violations les plus
    graves des droits de l’homme et du droit international humanitaire se sont concentrées
    pour l’essentiel au Katanga, au Nord-Kivu et dans la ville province de Kinshasa.
    B. Juillet 1996–juillet 1998: première guerre et régime de l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo (Zaïre).

juliomutoto

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *